Plus de 80 % des Français écoutent la radio. Europe 1, France Info, France Inter, RMC, RTL et Sud Radio ne s’y trompent pas, ayant chacune de 3 à 5 envoyés spéciaux sur le Tour. On doute pourtant de l’avenir de la radio face au petit écran, alors qu’elle a un rôle à jouer. Elle est la seule à pouvoir intervenir instantanément et en direct, sans équipement technique important. Pour l’auditeur, elle est mobile, peu coûteuse, d’une portée supérieure aux autres supports. Sa contrainte – les mots – peut constituer un avantage, surtout pour les décideurs : la radio s’écoute en faisant autre chose, et les mots, à la différence des images, sont porteurs d’information dans un processus de décision. Morte, la radio ?