Pratiquement condamné à la relégation en National et au dépôt de bilan, Le Mans a une toute petite chance de se maintenir en Ligue 2 et de sauver sa peau ce vendredi soir, lors de la 38e et dernière journée de championnat. Les Sarthois doivent venir à bout du RC Lens et espérer une défaite de Laval devant son public face à Châteauroux… Compliqué, mais pas impossible. En tout cas les Manceaux veulent y croire.

Pour Le Mans, c’est pratiquement victoire ou dépôt de bilan. Même si le Maire de la ville, Jean-Claude Boulard, croit en l’arrivée d’un soutien financier d’ici le 30 juin prochain, pour maintenir le club en vie en cas de descente en National, éviter la relégation serait le meilleur moyen d’éviter la catastrophe pour cette formation en péril. Malheureusement pour les Manceaux, la tâche s’annonce pratiquement impossible puisque leur destin n’est pas entre leurs mains. Premiers relégables avec deux longueurs de retard sur Laval, la seule équipe qu’ils puissent encore rattraper, les joueurs de Régis Beunardeau doivent nécessairement battre le RC Lens devant leur public ce vendredi soir (20h30) et compter sur une défaite des Lavallois dans le même temps. Mais avec un match à domicile à disputer face à Châteauroux, 13e et qui n’a plus rien à jouer, autant dire que les Mayennais ont un avantage considérable.

Laval maître de son destin

Même si l’on n’a que 1% de chances de se maintenir, il faut jouer le coup à fond pour ne surtout rien avoir à regretter, lance le capitaine manceau, Frédéric Thomas. Face à des Lensois incapables de s’imposer lors de leurs huit dernières sorties, les pensionnaires de la MMArena ont les moyens de s’imposer. Mais difficile de compter sur un écroulement de Laval, qui pourrait se contenter d’un match nul pour assurer son maintien puisqu’en cas d’égalité de points avec Le Mans, ce qui serait le scénario si Laval est tenu en échec par Châteauroux et que les Manceaux battent Lens, la différence de but serait elle aussi largement en faveur des Mayennais : -8 contre -24 chez les Sarthois. Je ne vais pas dire que tous les voyants sont au vert mais on a les cartes en main, assure ainsi Philippe Hinschberger, le coach lavallois. Obligatoirement on aura une oreille au Mans, mais aujourd’hui on ne veut pas s’en préoccuper parce que, encore une fois, on est maître de notre destin. Malheureusement pour Le Mans, c’est bien ce qui risque de lui coûter sa place en Ligue 2, si ce n’est plus…