La période des transferts vient de s’achever. Cette année aura été celle de tous les records en France et en Europe.
L’arrêt Bosman aura rendu fou le marché des transferts. Sous la pression des agents, qui touchent une commission à chaque transfert, ces derniers se sont multipliés, et les enchères ont grimpé. La clause libératoire exorbitante fixée par le FC Barcelone pour s’assurer les services de Ronaldo (184 MF) n’a pas suffi à dissuader les acheteurs potentiels. Attirés par des revalorisations salariales, les stars du ballon rond jouent le jeu : Ronaldo touchera 20 MF par an à l’Inter Milan, Leonardo 19 MF au Milan AC et Denilson 16 MF au Betis Séville. Ils signent des contrats de courte durée (4 ans en moyenne) et changent de club un an avant leur terme. Pour se prémunir, les clubs espagnols ont fixé cette année des montants insensés aux clauses libératoires de leurs joueurs. La clause de Denilson (Betis Séville) s’élève à 2,6 MdF (!), celles de Seedorf et Mijhatovic (Real Madrid) atteignent respectivement 920 MF et 800 MF. Les équipes françaises ne peuvent s’aligner, même si elles ont partiellement stoppé l’hémorragie. Le PSG a déboursé 41 MF pour Maurice, battant au passage le record du plus gros transfert entre deux clubs français, et 40 MF pour Simone. La palme revient également aux équipes françaises quant aux meilleures plus-values : Monaco a vendu Anderson 120 MF après l’avoir .acheté 3 MF au Servette de Genève en 1994; le PSG a cédé Leonardo pour 68 MF, alors que son contrat n’avait coûté que 17 MF en 1996 (le joueur évoluait au Japon). Les arguments financiers du PSG ne lui ont, néanmoins, pas permis de s’offrir les services de Ba. Cédé 42 MF au Milan AC par les Girondins de Bordeaux, il aura été LE transfert français de l’année; le plus gros transfert de l’histoire pour un joueur français concerne Jean-Pierre Papin (de Marseille au Milan AC en 1992 pour 70 MF). Le joueur français le plus cher sur le marché est Zinedine Zidane, pour lequel la Juventus de Turin demande 150 MF. Notons, pour conclure, que les mouvements le plus nombreux auront été ceux des seconds couteaux français vers le reste de l’Europe.

TRANSFERTS 97 (en MF)
1. DENILSON* 210 (Sao Paulo > Betis Séville)
2. RONALDO 184 (FC Barcelone > Inter Milan)
3. RIVALDO 180 (Deportivo La Corogne, > FC Barcelone)
4. ANDERSON 120 (AS Monaco > FC Barcelone)
5. JUNINHO 116 (Middlesbrough, > Atletico Madrid)

* Denilson ne rejoindra Séville qu’en 1998, après la Coupe du monde)